Un renard bien curieux. Article 052 2018

L'affût réserve bien des surprises à qui sait se montrer persévérant .

crédit-photographique-jean-paul-lahache
Venu de nulle part, enfin presque, ce bébé jeune renard, un renardeau de l'année inquiet par mon affût décide de venir y jeter un œil, arrivé un peu trop près, il prend la fuite sans demander son reste. De merveilleux instants que seul l'affût permet de vivre. 

Le reportage photographique de ces instants.

crédit-photographique-jean-paul-lahache
Renardeau le regard perdu
crédit-photographique-jean-paul-lahache
Attention soutenue un objet inhabituel est soudain repéré dans son univers visuel

crédit-photographique-jean-paul-lahache
à pas feutrés s'approche

crédit-photographique-jean-paul-lahache
Inquiet mais curieux

 crédit-photographique-jean-paul-lahache
crédit-photographique-jean-paul-lahache
Arrivé au point où l'animal est plus inquiet que curieux

crédit-photographique-jean-paul-lahache
Limite qui ne sera pas franchie juste avant la fuite

  

5 commentaires:

  1. C'est une question d'éthologie que je pose souvent : à quel moment de leur éducation les jeunes individus, notamment les renards, intègrent-ils l'homme comme étant un prédateur ? Quelle part d'acquis et d'inné ? Mimétisme comportemental ou transmission éducative ? Autant de questions fascinantes que la littérature ne tranche pas unanimement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec retard je viens vous remercier pour votre commentaire jipé

      Supprimer
  2. Instant magique et presque unique !
    Merci !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nathalie avec retard je vous remerci pour commentaire. cordialement. Jipé

      Supprimer
  3. Bonjour JP. Merci pour ces belles images. Ceci illustre bien la question d'éthologie que je me pose souvent : à partir de quel moment dans l'éducation des jeunes individus, notamment chez les renards, l'homme est-il intégré comme un prédateur dangereux. Quel fraction d'acquis ou d'inné chez ce jeune qui prend la fuite ? Réflexe de survie ou prudence ? Il existe beaucoup de littérature sur le sujet mais pas de position définitive parfaitement claire. Bref, une question passionnante qui pour moi reste ouverte.

    RépondreSupprimer

Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul



Sélection du message

Le jardin des cervidés ou Comment les herbivores modifient leur environnement. Article 2018 075

Les cervidés modifient-ils l'environnement forestier.     Faut-il parler de "dégâts" forestier ?   Je n'abord...