C'est quoi une pelote de réjection ? Article 007 année 2018.

Oiseaux et Pelotes de Réjection.

Faucon crécerelle

Faute de dents les oiseaux s'adaptent.

Les oiseaux, faute de dents, doivent ingurgiter leur nourriture sans la mâcher.
Les grosses proies sont déchiquetées chez certaines espèces d'oiseaux, mais bien souvent la nourriture est avalée telle quelle.

Le circuit des déchets. 

Le système digestif des oiseaux laisse passer pas mal de choses indigestes, graines, os, plumes, poils qui se retrouvent dans les fientes. Il est donc tout à fait normal d'y trouver des éléments de repas non digérés.
Une fiente de grive, grande spécialiste de la dissémination des graines de gui.
Chez certaines espèces ces éléments, indigestes, ne franchissent pas le cloaque. Une question se pose alors, où vont ces déchets, comment et par où passent-ils ?

La réponse est en partie contenue dans le titre de l'article. Les matières non consommées et non digérées sont rejetées sous forme de boules, de boulettes, de balles, appelées pelotes de réjection. (De l’ancien français pelute (vers 1119), d’un bas latin *pilotta, diminutif du latin pila (« balle ») qui a donné pile) Source Wikipedia.

Quels oiseaux rejettent des pelotes ? 

Faucon crécerelle avec sa proie un Étourneau sansonnet

La liste des oiseaux rejetant des pelotes est assez longue

Le guêpier d'Europe rejette des pelotes constituées uniquement de débris d'insectes
Citation : tous les rapaces (surtout les nocturnes), les cormorans, les Hérons, les Cigognes, les Limicoles, les Mouettes, et les Goélands, les Martinets,  le Martin-pêcheur, les  Pies-grièches et les corvidés. (Regardez vivre les oiseaux page146) 
Tous les naturalistes s'accordent sur un point : ce sont les pelotes de réjection des rapaces nocturnes les plus intéressantes.
C'est ce que nous allons démontrer ! 
Un couple de Chouettes effraie
La Chouette effraie le "chouchou des décortiqueurs de pelotes"

Pourquoi rejettent-ils des pelotes.

Pelotes de réjection de Chouette hulotte
La proie généralement avalée entière chez les rapaces nocturnes empruntent l’œsophage pour arriver dans le jabot où elle se "ramolli". Du jabot elle passe dans le proventricule succenturié puis dans le gésier. Durant ces étapes le processus de digestion se poursuit. Avant de continuer voyons de quoi se compose le système digestif des oiseaux.

Le système digestif des oiseaux.

La cavité buccale : contient la langue et les glandes salivaires ;

L’œsophage : achemine les aliments au jabot ;


Le jabot : chez la plupart des espèces, c'est plus un renflement qu'une véritable poche, il est destiné à contenir les aliments. Le véritable jabot n’existe que chez les galliformes et les columbiformes il sert alors de réservoir de nourriture. Chez les pigeons et les tourterelles il produit le "lait de pigeon" tandis que chez les rapaces diurnes et les ciconiiformes il sert au stockage de nourriture.

Le ventricule succenturié, ou proventricule succenturié, ou estomac glandulaire, ou encore estomac chimique secrète des sucs gastriques favorisant la digestion

Citation : Il s'agit d'une poche allongée, qui peut être très extensible chez certaines espèces piscivores (comme les cormorans, les hérons ou les mouettes et goélands). Des glandes spécialisées, régulées par des facteurs hormonaux et neuraux y sécrètent les sucs gastriques.(source wikipedia)

Le gésier ou estomac masticateur ou estomac mécanique broie les aliments. Le gésier a des parois parfois très épaisses garnies de lamelles chez les oiseaux consommant des graines.
L'action des muscles masticateurs est renforcée chez certaines espèces par l'ingestion de graviers appelés gastrolithes .
Citation : Chez les oiseaux de proie, il sert de filtre en isolant les éléments non digestes tels que les coquilles de Mollusques, arêtes de Poissons, os, bois, chitine, fourrure, dents et plumes qui sont éliminés dans les pelotes de réjection. Les parties digestibles sont dirigées par des contractions musculaires vers le reste du système digestif (source wikipedia)


Le duodénum : réceptacle où se déversent les sécrétions du foie et du pancréas ;

L'intestin grêle : long et fin il est situé à la partie postérieure du duodénum c'est là que s'opère en partie digestion et absorption alimentaire ;

Les cæcums  parties antérieures de l'intestin où semble-t-il la cellulose serait
transformée en sucre assimilable. (Absents chez le Pigeon, les rapaces diurnes et les perroquets)


Le rectum est la partie terminale de l'intestin juste avant le cloaque.


Le cloaque est un orifice où sont présentes les voies génitales et urinaires, il est situé à l'extrémité du tube digestif. La cloaque communique avec l'extérieur par l'orifice cloacal.

Les pelotes de réjection.

Pelote de réjection de Chouette hulotte

Tout ce qui n'est pas assimilé par les sucs digestifs est rejeté par le bec sous forme de boulette. Dès qu'elle sort de l’œsophage la boulette est recouverte d'un mucus facilitant le transit vers l’extérieur de l'organisme. Après quelques heures le mucus disparaît les pelotes prennent un aspect plus "gris souris" que "chat mouillé" (cas des pelotes de rapaces) ! Les oiseaux rejettent, en général, deux pelotes par jour juste avant de se nourrir. Rappelons que la boulette d'os, de poils, de chitine, etc prend forme dans le gésier. Son aspect et sa taille dépendent donc étroitement de l'oiseau qui la rejette !
Pelote de réjection de Guêpier d'Europe
A titre d'exemple une pelote de Hibou grand duc mesure plus ou moins 150 mm et environ 40 mm de diamètre tandis qu'une pelote de Hibou petit duc 10 à 15 mm pour un diamètre de 5 à 10 mm.
Faute de place l'oiseau ne peut ingurgiter de nouvelles proies tant que la pelote de réjection n'est pas évacuée du gésier.
De toutes les pelotes ce sont celles des rapaces nocturnes qui s'avèrent les plus faciles à identifier en raison du grand nombre de restes identifiables.
Après le décorticage
Chez les rapaces diurnes, qui dépècent leurs proies, et possèdent des sucs digestifs très actifs (comparés à ceux des rapaces nocturnes) le naturaliste ne trouvera pratiquement pas d'éléments identifiables.

L'analyse des pelotes de réjection.

En cours de décorticage et après trempage
Disséquer des pelotes permet de collecter d'utiles renseignements sur les régimes alimentaires et leurs variations saisonnières. L'analyse permet de mettre en évidence la présence de certains micro-mammifères, de batraciens ou d'insectes (entre autres) qui ne peuvent se détecter d'une autre manière. L'analyse permet de remettre les pendules à l'heure face aux croyances erronées dont sont, encore de nos jours, victimes, entre autres les rapaces.

Quelles sont les particularités des pelotes ?

Les crânes portent tous les traces du (des) coup de bec du rapace qui a mis fin à ses jours
Les pelotes sont un moyen d'investigation non dérangeant pour la faune et riche d'enseignements.
Citation : les  strigidés (chouettes et hiboux) sont les plus connus des oiseaux qui rejettent des pelotes. Ces oiseaux avalent leur proies toutes entières et ont des sucs digestifs peu actifs, de sorte que, dans leurs pelotes, les poils, les os, les plumes et les morceaux de carapace des insectes restent intacts - ce qui rend leur identification particulièrement aisée. En revanche, les pelotes des rapaces diurnes contiennent relativement peu d'ossements, qui sont presque toujours fragmentés. Hérons, pies-grièches et martins-pêcheurs rejettent des pelotes assez typiques, alors que celles des corbeaux , mouettes et goélands ont un contenu très variable suivant les aliments consommés. Les pelotes des petits échassiers sont en grande partie formées de pièces dures des invertébrés marins . certains petits passereaux rejettent aussi des pelotes, mais l'identification est très difficile et, dans certains cas , on risque de les confondre avec des fientes. On ne peut pas toujours distinguer à coup sûr les pelotes de certaines espèces étroitement apparentées. Néanmoins, l'identification des principaux types ne soulève pas de difficultés et une étude détaillée du contenu des pelotes est souvent le seul moyen de connaître l'alimentation d'un oiseau. (source reconnaître les plumes et les traces des oiseaux Bordas 1989)

Est-il possible de confondre des crottes et des pelotes ? 

Crotte appelée laissée ou fèce d'un Renard roux
Il arrive très souvent qu'une observation un peu rapide nous amène à confondre une pelote de réjection avec une crotte. Nous retiendrons que les pelotes de réjection ne sentent (ne puent) pas, les crottes fraîche (de certains carnivores) oui !
Un exemple, il y a souvent méprise avec les fèces du Renard roux (les crottes) en effet les fèces du renard contiennent bien souvent des poils, des os, et des plumes tout comme les pelotes de réjection. L'endroit où est trouvé l'indice (la pelote ou supposée pelote) permet souvent de faire la différence.

Comment faire la différence (avec le renard) ?

Crotte appelée laissée ou fèce d'un Renard roux
Crotte appelée laissée ou fèce d'un Renard roux

Si les éléments constitutifs de la fèce (crotte) du Renard roux sont pratiquement disposés dans le sens de la longueur ceux de la pelote de réjection sont disposés en tous sens. Les crottes sont bien souvent torsadées et une de leur extrémité est effilochée ou effilée. La crotte fraîche dégage une forte odeur, comme toutes les crottes de carnivores.
Bon à savoir : les crottes des carnivores portent le nom de fèce (prononcez 

Peut-on collectionner les pelotes ? 

Les pelotes de réjection se conservent à condition de respecter quelques points importants. Les pelotes contiennent bien souvent des œufs d'insectes kératophages comme par exemple les mites qui consomment la kératine contenue dans les poils et les plumes (principaux constituants des pelotes).
Vous pouvez, comme le suggère P Bang dans son ouvrage sur les traces d'animaux, les tremper dans une solution de celluloïd (ou de polystyrène N.D.L.R) et d'acétone. Je vous recommande vivement de faire cette manipulation à l'air libre avec un masque muni d'une cartouche filtrante.
Vous pouvez opter pour une autre méthode de conservation. Placer les pelotes dans une boîte avec pastilles anti-mites. Sceller la boîte avec des bandes adhésives réduira les émanations. Là aussi le produit n'est pas sans danger. (naphtalène)

Où trouver des pelotes ?

Pelotes de Chouette hulotte sur le sol d'une carrière souterraine au niveau d'une trémie de chargement

Pelotes de Chouette hulotte sur le sol d'une carrière souterraine au niveau d'une trémie de chargement
Le trappeur averti fréquentera :
- les dortoirs (petits bois de résineux, arbre isolé au feuillage sempervirent, où les hiboux moyen-duc aiment passer leurs journées d'hiver ;
- les piquets de clôture isolés offrant de bon poste d'affut aux rapaces ;
- les vieilles granges où nichent chouettes et hiboux ;
- les clochers où se réfugie la Chouette effraie ;
- les arbres creux ;
etc
Dans cette remise une Chouette effraie a laissé des fientes sur des piquets de vignes
Sur ce perchoir naturel un rapace nocturne a laissé un bref témoignage de son stationnement
Une Chouette hulotte a élu domicile de ce vieil arbre de la vallée de La Solle à Fontainebleau

Une cavité propice pour les rapaces nocturnes
Ce rebord de fenêtre, d'une maison de garde barrières abandonnée, est maculé de fientes quelques pelotes de Faucon crécerelle sont visibles sur la tablette

Une Chouette hulotte s'est réfugiée dans cet arbre creux

Cet If abrite cinq Hiboux moyen-duc durant l'hiver 2017 2018


Le relevé de notes est-il nécessaire ?

Un des outils du naturaliste
Comme toute activité naturaliste la collecte d'indices et le relevé de traces doivent s'efforcer de suivre une méthode rigoureuse. Vous pouvez noter les renseignements suivants :

- la date ;
- le lieu de collecte ;
- la météo du moment ;
- les références photographiques ;
- le relevé GPS ;
- et la description de l'indice.
Mesure d'une pelote de réjection
Une fiche peut accompagner l'indice récolté, ou les renseignements sont simplement notés sur la carnet de terrain. 
Comment décortiquer les pelotes ?
Il existe deux méthodes l'une sèche et l'autre humide. 

Le décorticage des pelotes.

Les enseignants, animateurs, guides nature, etc devront consulter les directives émanant de leur hiérarchie, afin de s'assurer de la possibilité de mener de telles activités dans leur cadre professionnel.
Point particulièrement important en cette période de zoonoses. 

Traitement des pelotes avant décorticage.

Le traitement des pelotes vise à éliminer, ou à neutraliser, les acariens, les mycètes et les parasites. Pour cela les pelotes seront mises au congélateur pendant au moins 24 heures, elles seront ensuite passées à l’étuve sèche pendant une heure à 150 °C puis elles seront mises à tremper dans une solution antiseptique pendant au moins une heure.
Lors de la dissection, les élèves seront munis de gants stériles et d’un masque respiratoire simple à usage unique. Les instruments fournis seront stérilisés. Les pelotes seront disposées dans des cuvettes, elles ne seront en aucun cas posées sur la table, la paillasse ou une feuille de classeur.
Au fur et à mesure de la dissection les élèves déposeront les fragments osseux recueillis dans un récipient rempli d’une solution antiseptique. Les fragments ainsi désinfectés pourront ensuite être séchés puis utilisés selon les consignes fournies par l’enseignant(e).
A la fin de la séance, les élèves débarrasseront le matériel en conservant leurs gants. Ils se laveront ensuite soigneusement les mains.
L’ensemble du matériel utilisé sera nettoyé et stérilisé.

Source : http://pedagogie.ac-toulouse.fr/svt/serveur/securite_svt/gripav.htm

Le décorticage peut se réaliser suivant deux méthodes.

Par voies sèches ou humides.
Le décorticage des pelotes est beaucoup plus facile après (pensez à fragmentez en gros morceaux avant le bain) un séjour dans un bain d'eau tiède additionné d'une solution antiseptique. Au bout de quelques heures un brassage délicat amène en surface les éléments les plus légers, plumes et poils. Les éléments les plus lourds sont récupérés, méticuleusement nettoyés et placés sur une surface absorbante. Une fois séchés tous les morceaux sont assemblés afin de reconstituer le squelette des "victimes".
Le plus difficile restant l'identification.

Il existe des clefs d'identification comme celles-ci vous permettant de vous y retrouver.

Clef Identification 01 *

Clef Identification 02 *

Clef Identification 03 *

Clef Identification 04 ****