Nuisances - Troubles de la tranquilité - Dérangement Faune - Nidification rapaces -

 

 2022 014 L'impact négatif des vols de montgolfières.



 
Ce n'est un secret pour personne, avec l'augmentation du tourisme aérien les vols de montgolfières deviennent pour certains riverains une véritable nuisance sonore mais pas que...
La pollution engendrée par ces activités est largement documentée dans cet article de Reporterre.
 

Voler en montgolfière, c’est mauvais pour l’atmosphère

🔺  Enquête Pollutions un article de Aude Richard en date du 7 juillet 2022.

À l’heure où il est primordial de réduire les émissions de gaz à effet de serre, le nombre de vols en montgolfière s’envole. Difficile pour ce secteur touristique de prendre conscience du poids de son impact. Quelques pistes se dessinent.
Se laisser porter au gré du vent, survoler des paysages magnifiques... Le vol en montgolfière est « une aventure magique » pour les uns, « la réalisation d’un rêve » pour les autres. Le Val de Loire, avec ses majestueux châteaux en bordure de fleuve, est devenu la « capitale européenne des montgolfières ». Plutôt réservée aux couples ou aux retraités avec un certain pouvoir d’achat il y a encore quelques années, la pratique s’ouvre aux familles et se démocratise. Mais au-delà de cette carte postale, se trouve la réalité : une montgolfière consomme trop.
« Derrière la légèreté des ballons, personne n’imagine la pollution de cette combustion ! C’est une omerta dans la profession », lance Laurent Buisine. Chauffagiste spécialisé dans les énergies renouvelables à Onzain (Loir-et-Cher), il regarde la douzaine de ballons passer au-dessus de chez lui les soirs d’été. « La journée, j’installe des chaudières bois pour remplacer le gaz et le fioul et diminuer les émissions de CO2, mais j’ai l’impression de pisser dans un violon avec mon activité... 20 heures de vol correspondent à la consommation du chauffage et de l’eau chaude d’une maison de 80 m², pendant toute une année. »
Un chiffre à ramener à la quantité de départs de montgolfières : rien qu’en Touraine, on dénombre une dizaine de sociétés d’aérostation. S’il n’existe pas de chiffres officiels sur le nombre de vols par an, toutes les sociétés interrogées par Reporterre voient l’affluence des passagers augmenter. À l’image d’Aérocom, une entreprise implantée à Onzain, près du château d’Amboise, qui emploie 4 pilotes et a transporté 3 500 passagers en 2021, soit 500 de plus qu’en 2020. Un de ses concurrents, Art Montgolfières, installé près du château de Chenonceau, monte jusqu’à 4 000 passagers par an, grâce à des nacelles de plus en plus grandes. « Il faudrait informer les touristes, mettre le bilan carbone sur le ticket de montgolfière », dit Laurent Buisine.
1 h de vol = 450 km en voiture
En effet, les données manquent : aucun bilan carbone officiel n’est recensé [1]. Dans la profession, peu de pilotes sont sensibilisés, d’autres certifient à Reporterre que les montgolfières utilisent de l’énergie « propre ». Pas tout à fait.
Pour voler, le ballon doit être réchauffé de 90 °C par rapport à l’air ambiant. Les pilotes brûlent du propane, un gaz qui se conditionne facilement et qui ne craint pas le gel. 70 % de la production française arrive des champs gaziers de Norvège et d’Algérie, le reste est issu du raffinage du pétrole brut, en France. Le propane est une énergie fossile dite « propre », car sa combustion n’émet pas de particules et très peu d’oxyde d’azote (NOx). En revanche, elle émet bien du dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre (3,45 kg de CO2 équivalent par kilo de propane).
Un vol en montgolfière à deux émet 87,5 kg de CO2e par personne.
La consommation pour une heure de vol est très variable, elle dépend du nombre de passagers, du poids dans la nacelle, de l’altitude, de la température extérieure, etc. Avec une moyenne de 50 kg de propane pour deux passagers (sans compter le pilote), cela équivaut à 175 kg de CO2e pour un vol d’une heure, soit 87,5 kg de CO2e par personne.
En théorie, un vol de 15 km serait comparable à 450 km en voiture thermique, selon le calculateur de l’Ademe, l’Agence de la transition écologique. En pratique, difficile de comparer la montgolfière à un moyen de transport classique. « On ne peut pas mesurer les chiffres sur une distance, précise un pilote, sous couvert d’anonymat. La montgolfière, c’est un moment de vie, un loisir, pas une finalité. »
La plateforme de mesure des bilans carbone Sami a comparé l’empreinte d’un ballon et celle d’un avion de tourisme de quatre personnes. « Pour l’avion, nous sommes aux alentours de 60 kg de CO2 par personne par vol, donc la montgolfière est plus émissive que ce type d’avion. C’est assez étonnant », dit Tanguy Robert, cofondateur de la plateforme.
Du propane et du gasoil
Le bilan carbone d’un aérostat implique également l’utilisation d’un ventilateur à essence afin de gonfler le ballon avant de le chauffer, un ou deux véhicules pour acheminer la montgolfière sur son lieu de départ et aller chercher les passagers au lieu d’atterrissage (environ 50 km routiers). La fabrication de la montgolfière nécessite peu de matériaux et la durée de vie de l’enveloppe est d’environ 600 à 700 heures de vol, soit quatre à cinq ans pour une utilisation professionnelle.
En théorie, un vol de 15 km serait comparable à 450 km en voiture thermique.
Néanmoins, ces différents facteurs pèsent peu sur le bilan carbone comparé à la combustion du propane. « Le propane est un déchet du raffinage du pétrole. On en produit, alors autant l’utiliser plutôt que de le relâcher dans l’atmosphère », répond Charles Aréthuse, gérant d’Art Montgolfières, qui en consomme entre 30 et 35 tonnes par an. Certes, mais ce précieux gaz pourrait aussi être employé pour d’autres usages, comme la cuisson.
Vers des vols plus écolos ?
Est-il possible d’améliorer le bilan carbone d’un vol ? La première chose est de mutualiser le panier. Une grande nacelle de quinze personnes permet de diminuer par trois les émissions, de 4,5 à 1,5 kg de CO2e/km/personne [2].
Les fabricants d’aérostats réfléchissent également à des conceptions de ballons moins énergivores. Ils en ont mis un au point avec une double peau, très bien isolé. « L’isolation de la moitié du ballon permet une réduction de 40 % des consommations de carburant. L’enveloppe est noire pour attirer la chaleur du soleil. Néanmoins, ce ballon plus lourd est plutôt réservé aux vols de longue durée », note Benjamin Cleyet-Marrel, gérant de l’entreprise Chaize à Annonay (Ardèche), seul constructeur français.
Autre possibilité, utiliser du biopropane. Peu connu, ce gaz est un co-produit des raffineries de biocarburants. Il est produit à partir d’huiles végétales (huile de palme, colza, etc.) ou de déchets (huiles de cuisson usagées, graisses animales, etc.) hydrotraités. Selon le Sami, l’empreinte carbone du biopropane est environ quatre fois moins importante que le propane conventionnel. « Nous l’avons testé techniquement en 2019. Il est tout à fait compatible avec les brûleurs », Philippe Buron-Pilâtre, organisateur du « Mondial Air Ballons », qui accueille tous les deux ans 400 montgolfières venues du monde entier, pendant dix jours à l’aérodrome de Chambley (Meurthe-et-Moselle). Pour l’édition 2023, il va offrir 150 tonnes de biopropane aux participants, pour deux vols par jour.
Le « Mondial Air Ballons » accueille tous les deux ans 400 montgolfières venues du monde entier.
Reste que ces matières premières sont soumises aux critiques. Les huiles de palme, par exemple, participent à la déforestation. Depuis plusieurs années des organisations écologistes dénoncent les conséquences des activités de la bioraffinerie de Total Energies à La Mède (Bouches-du-Rhône) sur la déforestation. C’est cette même bioraffinerie qui produit le biopropane de Primagaz.
Dernier rempart, le coût : 25 à 30 % supplémentaire sur la facture de gaz. Pour Brian Poussardin, pilote et gérant d’Air Alpes Adventure, aucun aérostier ne pourrait répercuter cette hausse sur le tarif des vols. « Nous sommes déjà à plus de 200 euros par vol, si on répercute l’augmentation, nous n’avons plus de clients. » En attendant, chacun peut réfléchir à son quota carbone avant d’embarquer.
🔺 Cet article provient du site REPORTERRE

 

----------------------------------------------------------------------------------------------


Voler en montgolfière peut-il être mauvais pour la faune !

 
Les animaux sauvages (*) sont bien entendu sensibles aux dérangements provoqués par les montgolfières (masse et bruit imposants) il suffit d'être à l'affût en train d'observer par exemple des mammifères en train de brouter ou d'autres animaux vaquant à leurs activités pour constater la panique déclenchée par le survol des lieux par ces engins. 
* les animaux domestiques tout autant !



Les oiseaux nichant à grande hauteur, au sommet des houppiers par exemple, n'apprécient pas de voir passer à proximité de leur lieu de nidification ces énormes masses souvent très bruyantes. 
Depuis plusieurs semaines, je surveille attentivement et discrètement un couple de Balbuzards pêcheurs installé sur un pylône d'une ligne haute tension.
Malheureusement, un vent du nord bien établi durant plusieurs semaines et un lieu de décollage inchangé provoque l'abandon du nid et des oisillons à chaque passage des montgolfières. Ce qui ne saurait se répéter indéfiniment ! Au bout de quelques passages, le nid et les oisillons sont purement et simplement abandonnés.


Distance de fuite.


La distance de fuite, c'est quoi ?

La distance de fuite représente chez les animaux mobiles la distance à partir de laquelle un élément menaçant les pousse à fuir. La distance de fuite varie entre espèces, sexes, individus, groupes d'individus, etc, mais est généralement relativement similaire chez tous les individus d'une même espèce dans un même habitat. Les animaux sauvages ont une distance de fuite plus grande que les animaux semi-domestiques. La docilité insulaire réduit celle des animaux qui ont évolué sur une île sans prédateur, plutôt que sur un continent. source wikipedia


La distance de fuite du Balbuzard pêcheur.

La distance de fuite des rapaces et particulièrement importante comparée à celle d'autres oiseaux. Les Balbuzards pêcheurs alertent entre 200 et 300 mètres de leur nid, de leurs œufs ou de leurs poussins et les quittent à 175 et 100 mètres.
C'est la troisième tentative (en 5 ans) d'implantation de cette espèce emblématique de la Loire sur des pylônes dans le secteur.

Autres activités dérangeantes.

Le gyrobroyage  et ou gyrobroyage relevé conduits sous les lignes haute tension en pleine période de reproduction des oiseaux produisent eux aussi des effets dévastateurs sur la faune ailée.

Conclusion.

Une enquête plus poussée peut être conduite afin de déterminer de façon plus rigoureuse et documentée la cause exacte de l'abandon du nid et des poussins par ce couple de Balbuzards pêcheurs.
 
Le mâle en poste de surveillance sur un pylône voisin.



Le nid, volumineux édifice de branches installé au sommet du pylône.


Rechargement régulier du nid même pendant couvaison.




 
La femelle est présente dans le nid


Une montgolfière passant à 100 ou 300 déclenche immanquablement la fuite des adultes. et l'abandon du nid !


À plusieurs reprises j'ai assisté, dépité, à  l'abandon du nid au passage des montgolfières

 

Ce qu'en pensent les aérostiers :

 
Un article de Ouest-France LIEN
Survol espaces protégés : LIEN
 

Complémentaire à cet article vous pouvez lire celui-ci.



 
   Pour recevoir les articles de ce blog dès leur parution abonnez-vous gratuitement  




 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

ATTENTION !


Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul



Sélection du message