première Page Photo

2020 057 -Camping sauvage - Adresses - Lieux secrets - Camping-cariste - Voyages -

  2020 article 057 Camping libre  

 

Partager ou pas nos aires de camping sauvage ?

 

 
Pratiquant le camping sauvage libre depuis plusieurs décennies, je ne fréquente les campings officiels que contraint par la nécessité.
Actuellement, il existe de nombreuses applications nous permettant de trouver LE coin dont rêve tout camping-cariste.
 
 

Le coin de rêve.

Après de nombreux tests il apparaît que les endroits de rêve ne sont pas légion, ce qui semble tout à fait normal.
Quel camping-cariste, en effet, partagerait des aires de stationnement pas ou peu utilisées ?
Sur ces applications, nous trouvons des lieux de stationnement plus ou moins  fréquentés par les utilisateurs de ces applications. Une fréquentation en rapport avec leur notoriété !
Ces applications existent non pas par philanthropie de leurs concepteurs, mais pour faire de l'argent, avec les données collectées. Une idée un tant soit peu révolutionnaire ne pensez-vous pas ?
 
 

Que recherchons-nous lorsque nous dormons à la belle étoile ?

La propreté, le calme, la solitude, une nuit noire et une certaine sécurité.
Nous devons être parfois persévérants pour trouver le coin parfait lors de nos escapades.(ce qui n'est pas très écolo j'en conviens)
Certaines régions sont particulièrement inhospitalières pour les camping-caristes libres, en raison  de l'occupation de l'espace par un grand nombre d'infrastructures, ou par le nombre de pratiquants, je pense particulièrement aux  bords de mer. Les régions d'élevage ou les enclosures sont nombreuses (expérience personnelle) ne sont pas très favorables non plus aux stationnements.
 

Alors, partage ou pas ?

Je pense qu'il n'est absolument pas judicieux de partager "nos" coins de camping sauvage sur la toile pour la simple et bonne raison que le bouche-à-oreille aura tôt fait de banaliser ces petits coins de paradis. Combien de lieux touristiques sont devenus infréquentables et immondes en raison de la surfréquentation provoquée par la publicité qui leur est faite. 
Quelle déception de voir que le petit coin trouvé il y a quelques années est maintenant interdit, pollué, ou ravagé. À qui la faute ?
 
 

Qui sont les personnes avec qui nous partageons ?

Nous ne connaissons pas les utilisateurs de ces applications, peut-être y a-t-il dans cette foule d'usagers, ceux la même qui ont ravagé tel coin ou tel autre, ce fou qui fait des brochettes dans la pinède, celui qui a laissé le parc à bestiaux ouvert après son départ, ou cet autre encore qui a transformé ce coin en toilettes publiques immondes. Les exemples ne manquent pas. Songeons également que ces endroits sont activement recherchés par une population vivant en dehors des lois et des principes même qui fondent une société.

Conclusion.

Nous sommes de plus en plus nombreux, l'espace se réduit, l'individualisme gagne du terrain, pour continuer à pouvoir pratiquer longtemps encore, et librement notre passion ne partageons jamais nos aires de stationnement de camping par le biais d'applications !

 

Pratiquer le camping sauvage.

 

Principes à adopter pour la pratique du camping libre.

Il est évident que ces recommandations s'adressent, bien entendu, à ceux possédant un fort sens civique et pratiquant déjà le camping sauvage avec respect. 

Les autres ne changeront pas leurs comportements. Nous pensons souvent à tort et les gestionnaires d'espaces naturels aussi, qu'un panneau indiquant : interdit de ceci de cela sera respecté par ces gougnafiers.

Le droit de propriété.

Notre premier principe est le respect de la propriété privée.
De mon côté je m'efforce toujours de respecter ce droit, bien qu'émettant quelques réserves quant à sa légitimité.
Je suis un fervent partisan du libre droit de circuler et de l'accès à la nature tel qu'il existe en Suède. L’allemansrätt ou le droit à la nature. En France nous sommes loin de ces considérations.
En parcourant notre beau pays,  nous nous apercevons bien vite que la Nature est confisquée par une minorité de propriétaires terriens, trop souvent arrogants.
 

Existe-t-il une parcelle de terre libre ?

Non ! il est donc impossible de poser notre tente ou les roues de notre véhicule sur un espace sans propriétaire.
Lorsque nous obtenons une autorisation de stationnement pour une nuit, c'est parfois avec condescendance bourgeoise qu'on vous y autorise sachant que : « on veut bien mais, blablabla ! »

Doit-on demander ou pas ?

Ce n'est pas toujours facile de connaître le propriétaire d'un terrain d'un chemin d'un pré.
Ne jamais stationner lorsque le droit de propriété est clairement affirmé, panneaux clôtures, barrière, par contre si rien ne l'interdit nous pouvons nous installer, à condition de ne pas gêner.
Lorsque je dis je m'installe, je parle d'un stationnement de courte durée, pour une ou deux nuits par exemple. Un stationnement de plus longue durée devient plus problématique.
 

Les interdits.

La liste des endroits où nous ne pouvons ni camper, ni bivouaquer, ni stationner est longue, nous devons nous renseigner avant de partir.
 

Recherche d'un point de stationnement tranquille.

Choisir des chemins qui ne mènent nulle part, des routes qui ne desservent qu'une maison ou qu'un hameau.
En cas de conditions météo déplorables nous devons tout de même pouvoir quitter le lieu de bivouac. Le chemin carrossable par temps sec doit le rester !
Méfions-nous des lieux isolés, avec de nombreux déchets, de nombreuses traces de véhicules pouvant servir de lieux de réunions nocturnes.
 

Repérage.

L'endroit idéal peut être reconnu à l'avance et repéré grâce à un formidable outil : le GPS.
Dans le courant de la journée nous pouvons repérer le lieu (de niveau*) pour stationner le véhicule, le  marquer et revenir plus tard nous installer.
* une cale placée sous une roue transforme le stationnement en campement, bon à savoir !
 

Repérer son emplacement de niveau pour y revenir sans manœuvrer inutilement.

 
 
 
 

Astuce.

Je référence tous les points où je stationne et ceux me paraissant offrir un excellent emplacement. Je fais de même pour les points de ravitaillement en eau potable. Ces points sont baptisés, numérotés, puis stockés dans mon GPS. Je me sers également de google maps pour avoir une idée de leur implantation.
 

Stationnement ou campement.

Nous devons faire la différence entre stationner et camper.
Vous pouvez stationner partout sauf si c'est interdit.
Est considéré comme stationnement si :
👍le véhicule a ses roues posées sur le sol sans cale ni vérin ;
👍aucune installation ne déborde à l'extérieur du gabarit routier, baie ouverte, marchepied, auvent, etc.
👍rien ne doit indiquer que vous campez, table, chaise linge accroché etc. sont donc proscrits.
Dans le cas contraire votre stationnement est considéré comme du camping !
 

Camping.

 
 

 Stationnement.

 
 

Ce que nous devons nous interdire absolument :

🔺 allumer des feux ;
🔺 enterrer ou abandonner nos déchets ;
🔺 aller aux toilettes en abandonnant notre papier hygiénique ;
🔺 polluer les eaux de surface, mare, étang, lac, ruisseau, tourbière ...
🔼 être bruyant ;
🔺 faire sa lessive (pollution des eaux),
🔼 se regrouper à plusieurs camping car ;
🔺 franchir des clôtures, des barrières même ouvertes ;
🔺 passer outre des panneaux interdisant l'accès.
🔼 stationner plus de deux nuits ;
🔺 utiliser des produits non dégradables
🔼 🔺 Fumer, jeter ses mégots.

C'est 🔺 Très grave C'est  🔼 Moins grave

La meilleure technique pour ne pas nuire consiste à se conduire comme un fugitif recherché par toutes les polices du monde aucune trace, pas même d'ADN !

Une devise.

Primum non nocere 
 avant tout ne pas nuire, ou faire du mal,
 devrait être la devise du camping-cariste sauvage libre

Camping avec autorisation.

 
 

Le point de vue du propriétaire foncier.

Imaginons-nous un instant (mais c'est peut-être le cas pour vous) être propriétaire d'un terrain sur lequel vous ramassez des détritus, vous marchez dans des merdes, vous trouvez des arbres coupés, des traces de feux allumés avec vos piquets de clôture, des ornières dans vos cultures, des vaches disparues du pré où vous les aviez enfermées, etc.
Que faites-vous dans ces cas de figure ?
 
 
Pour terminer voici un album photo destiné aux bricoleurs. 

Aménager un fourgon pour faire du camping amélioré.

 

 

 

Éthique du randonneur 


Éthique du plein air et camping-car.



Sans trace.




 












Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul



Sélection du message