Mais qui donc frappe à la porte ? 2017 084

Le Pic épeiche Dendrocopos major est un drôle d'oiseau. 

Un invité surprise frappe à coups répétés sur la porte de la grange.

« Qui ça peut bien être ?» C'est peut-être ce que se sont dit les habitants de la maison où j'ai découvert ces signes d'effraction peu ordinaires !
La porte de la grange

Pourquoi les pics frappent-ils, ou plutôt, martèlent-ils ?

Quelle mouche a piqué notre oiseau pour qu'il "s'attaque" à cette porte.
Les pics choisissent, au printemps, des surfaces où le son, produit par leurs coups de bec, s'entend de très loin, et ce n'est pas par hasard. Ces tambourinages sont destinés à marquer leur territoire. C'est une affaire d'expérience acquise au fil du temps par nos compères les picidés.

Pourquoi ces portes en bois ont-elles été percées par le Pic épeiche ?

Dans le cas présent, nous avons affaire à des percements identiques à ceux pratiqués dans les troncs des arbres souffreteux où ils désirent creuser une loge pour installer leur nichée.
Une loge creusée par un Pic épeiche
Ces trous ne ressemblent en rien à ceux pratiqués pour rechercher de la sève, ou des insectes xylophages. Sur les photographies des portes nous distinguons de petits trous prouvant que des insectes xylophages s'y sont installés. Ils n'ont pas été touchés par le Pic épeiche. Il est vrai qu'ils ont pu être fait après l'attaque du pic !
Je ne trouve pas, pour l'instant, d'explications justifiant ces travaux de menuiserie.
Cependant, je suis pratiquement, certain d'être en présence de trous percés par un Pic épeiche. La taille des copeaux et les traces de becs correspondent à ce que le Pic épeiche est capable de produire, bien que la forme générale du trou rappelle un peu celle du Pic noir.
Un mâle de Pic noir au poste de nourrissage remarquez la forme de l'orifice

 Le biotope, également, correspond plus à celui que fréquente le Pic épeiche.

Comment perce-t-il de pareille épaisseur de bois ?

Le bec du Pic épeiche un outil puissant
Grâce à leur bec ultra résistant, les pics sont capables de venir à bout des essences forestières les plus dures.
Paul Géroudet dans Les Passereaux 1980 nous en dit plus sur ce "fameux" bec :
«Le bec des pics est un outil très efficace. C'est d'abord un ciseau à bois et accessoirement un instrument à percussion sonore. Très dur, pourvu d'une solide armature aux arêtes bien marquées, il prolonge une grosse tête et un cou vigoureux, puissamment musclé. L'usure due au rude métier doit être compensée par une croissance continue plus rapide que chez les autres oiseaux.»
Notons cependant, que contrairement au sculpteur, les pics avec leur "ciseau à bois" produisent une quantité de copeaux aux formes et aux aspects moins "soignés" ! 

Voici les résultats photographiques de cette petite enquête.

Les portes de la vieille grange, les deux trous sont bien visibles

Plan rapproché des deux orifices creusé par le Pic épeiche

L'orifice de gauche

Plan rapproché

Celui de droite

Quelques-uns de mes articles en rapport avec celui-ci :

 https://photonature-fontainebleau.blogspot.fr/search?q=pic   

Sélection du message

Le jardin des cervidés ou Comment les herbivores modifient leur environnement. Article 2018 075

Les cervidés modifient-ils l'environnement forestier.     Faut-il parler de "dégâts" forestier ?   Je n'abord...