Traces d'activités animales dans l'eau des mares 2017 064

L’œil averti du naturaliste sait repérer les traces.

Même sur l'eau !

Si l'eau n'est pas propice à la conservation des traces des activités animales, la végétation qui la recouvre, comme dans ces deux exemples où la surface est envahie de cyanobactéries, peut nous livrer parfois quelques belles observations.
Mammifères aquatiques ou/et oiseaux d'eau ont parcouru la surface de cette petite mare forestière.

Action !

Ragondin (Myocastor coypus)
Ici dans cette mare (forestière) minuscule des animaux ont laissé beaucoup d'empreintes (anciennes) sur la berge. L'un deux s'est abreuvé, son museau a "percé" le tapis de cyanobactéries. L'absence de vent et de précipitations a permis la conservation de ce fragile témoignage.






Mais dites-moi c'est quoi ces cyanobactéries ?

Les  cyanobactéries  sont  des  micro-organismes  aquatiques  qui  présentent à  la  fois  des  caractéristiques  provenant  des  bactéries  et  des  algues. Elles contiennent, comme les algues, de la chlorophylle qui est le pigment responsable de la  photosynthèse.  La  photosynthèse  est  un  processus  qui  permet  aux  plantes  et  à  d’autres organismes d’utiliser l’énergie solaire pour fabriquer leur nourriture. Les  cyanobactéries  sont  présentes  de  façon  naturelle  dans  les  lacs. Leur  présence devient problématique lorsque certaines espèces se multiplient rapidement et forment une masse visible à l’œil nu (à la surface du lac ou dans l’eau) que l’on nomme fleur d’eau ou « bloom » de cyanobactéries.
Les premières cyanobactéries identifiées étaient de couleur bleu-vert, d’où leur appellation courante : algues bleues. Cependant,
les cyanobactéries peuvent être de différentes couleurs : vert olive, vert foncé, violet et même rouge.
Les cyanobactéries sont-elles dangereuses ?
Plusieurs espèces de cyanobactéries emmagasinent dans leurs cellules des poisons naturels appelés cyanotoxines. Ces toxines sont libérées dans l’eau lors de la rupture ou de la mort de la cellule. Le contact ou l’ingestion d’une eau contaminée par trop de cyanotoxines peut occasionner des problèmes de santé.
Source http://www.troussedeslacs.org/


L'observation des traces et des indices de la vie animale ma véritable passion !

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul



Sélection du message

Le jardin des cervidés ou Comment les herbivores modifient leur environnement. Article 2018 075

Les cervidés modifient-ils l'environnement forestier.     Faut-il parler de "dégâts" forestier ?   Je n'abord...