première Page Photo

2020.048. Oiseaux - Rapaces diurnes - Pelote de réjection - Régime alimentaire - Perchoir .



 2020 Article 048. Ce que mes yeux ont vu  

Une pelote de réjection sur un perchoir peu ordinaire.

 

cette-photo-appartient-à-jean-paul-lahache




Un œil non éduqué passe devant ces ballots de paille sans remarquer la présence de cette petite chose abandonnée dessus.
Pour le naturaliste, fouineur de première catégorie, ce genre de détail, par contre est bien vite repéré.
Ramenée à la maison, trempée, disséquée la pelote nous révèle ses petits secrets.
Des poils, un reste d'estomac (?) des morceaux de cuticule, des têtes d'insectes, des brins d'herbe et quelques morceaux énigmatiques (pour moi).
Je note qu'il n'y a aucun morceau d'os, aucun crâne.
La présence de poils et ce morceau d'estomac (semble-t-il) apporte la preuve que le rapace a consommé du mammifère. L'absence de débris d'os et de crâne permet d'affirmer que le consommateur n'est pas un rapace nocturne, mais très probablement un rapace diurne chez qui les sucs digestifs sont capables de faire disparaître toutes traces de leur présence. Le rapace n'a pu être identifié formellement.














À l'inverse des chouettes et hiboux les rapaces diurnes ont des sucs digestifs capables de dissoudre les os de leurs proies. C'est pourquoi l'étude de leur pelotes ne peut fournir de renseignements complets sur leur régime car elles ne contiennent que peu de fragment d'os à moitié digérés et souvent même ils font complétement défaut. En outre, la plupart de ces oiseaux ont l'habitude de dépecer leurs proies et n'avalent donc pas les os les plus volumineux. Enfin, la structure de leur appareil digestif explique également la rareté des os dans leurs pelotes : les rapaces diurnes ont l’œsophage plus ou moins élargi (ce n'est pas un véritable jabot cependant) et ils y stockent les aliments lorsque leur estomac est plein. Dans ce cas, l’œsophage n'est pas libre et aucune pelote ne peut être rejetée. Il est donc important que la nourriture avalée contienne le moins possible de déchets indigestes. Les pelotes de ces oiseaux sont presque exclusivement formées de  poils, de petites plumes, de pièces chitineuse et, contrairement à ce qui se passe chez celles des rapaces nocturnes on y trouve aussi l'enveloppe des becs et des griffes. Les débris de nourriture sont généralement en si mauvais état qu'il est difficile de les identifier. Les rapaces diurne crachent leurs pelotes sur l'aire, du haut du perchoir adopté pour la nuit et parfois à l'endroit même où ils ont tué leur proie. Il est difficile de connaître l'identité de l'oiseau qui le sa rejeté et elles se distinguent surtout par leur dimensions.
 P BANG P DAHLSTRÖM page 188 Guides des traces d'animaux



Vous pouvez consulter cet article très complet sur les pelotes de réjection en cliquant sur le lien ci-dessous.


https://www.unregarddifférentsurlanature.com/2018/01/cest-quoi-une-pelote-de-rejection.html






Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul



Sélection du message