Blaireau Circulation routière 2019 Article 013

La faune paie un lourd tribu à la circulation routière.

 

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite-sans-mon-autorisation
Blaireau d'Europe. Une fin misérable

 

Constat général. 

 

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite-sans-mon-autorisation
Circulation routière et faune font mauvais ménage


Les Blaireaux d'Europe font partie des animaux fréquemment tués par les automobilistes. Sans faire trop de sentiments nous pouvons simplement  regretter les méfaits de la circulation routière s'ajoutant aux nombreuses atteintes portées à la faune et à la nature en général. Des solutions comme les passages à faune existent, ils ne sont encore, à mon sens, qu'anecdotiques.

 

Le Blaireau d'Europe.

 

Déplacements des Blaireaux

 

Les blaireaux se déplacent dans ce qui est communément considéré comme leur domaine vital. Cette zone géographique peut, durant certaines périodes, être défendue contre l'intrusion d'autres congénères, au moment du rut ou de l'élevage des jeunes blaireaux (les blaireautins). L'importance d'un domaine vital fluctue au fil des saisons suivant l'abondance ou la rareté de la nourriture.
Les distances parcourues lors des déplacements varient énormément suivant les ressources alimentaires du moment ; une nuit pluvieuse propice à la présence de vers de terre en surface nécessite moins de recherche qu'une nuit d'été durant un épisode caniculaire. Robert Hainard cite le cas de blaireaux ayant parcouru plusieurs kilomètres afin de s'approvisionner dans une vigne.
Outre la recherche de
partenaire sexuel, les Blaireaux d'Europe se déplacent également pour "rendre visite" à leurs congénères installés dans des terriers voisins. Notre tesson (autre nom donné à notre compère) peut quitter le territoire d'un groupe social pour rejoindre une unité familiale plus éloignée. Enfin des mouvements importants ont lieu lors de l’émancipation des blaireautins (jeunes blaireaux).

Principaux déplacements. 

 

Toutes les études menées sur l'espèce indiquent une augmentation des déplacements durant la période de rut, c'est à dire entre janvier et mars ; il est cependant attesté que les accouplements ont lieu tout au long de l'année.
Le territoire des blaireaux, à de très rares exceptions, inclut presque toujours, des coupures ou fragmentations anthropiques, voies ferrées, routes, voies navigables, autoroutes .

Ces axes de circulation entraînent une mortalité "ordinaire" en temps normal, mais dès qu'arrive la période des amours les accidents impliquant des blaireaux explosent. 

Mon constat.

 

Depuis mon installation en Maine-et-Loire j'effectue mes déplacements   (naturalistes, observations, reconnaissance, photographie et chasse photographique) exclusivement en vélo. Ce moyen de locomotion, peu polluant, me permet de rester au contact de la nature. Un animal écrasé ne peut m'échapper. Depuis le mois de janvier au cours de mes sorties j'ai relevé 6 blaireaux victimes de la circulation (soit 6 cadavres en 30 jours). Cela peut donner une vague idée du nombre de blaireaux écrasés sur les routes de campagnes de mon secteur.
Le dernier en date est relevé au pont de Gâstines sur le Thouet.

L'avant dernier n'a pas eu plus de chance, sortant de la forêt il est fauché par un véhicule juste au débouché de sa coulée, il n'atteindra pas les champs voisins "glyphostatés" pour y vermillonner.


Bon à savoir :

 

Le mâle = blaireau, la femelle = blairelle, les petits blaireautins (bébé)

les photographies.

 

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite-sans-mon-autorisation
Le cadavre au débouché de la coulée

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite-sans-mon-autorisation
Le cadavre au débouché de la coulée

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite-sans-mon-autorisation
Le cadavre au débouché de la coulée

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite-sans-mon-autorisation
Le cadavre au débouché de la coulée

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite-sans-mon-autorisation
Le cadavre du blaireau

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite-sans-mon-autorisation
Vue sur les griffes d'une patte

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite-sans-mon-autorisation
La coulée traverse une haie puis un fossé pour enfin déboucher sur une route

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite-sans-mon-autorisation
Aspect d'un chaume passée au glyphosate ? en face de la coulée



De nombreux articles abordent la vie du Blaireau d'Europe 

[ ICI ]



5 commentaires:

  1. Bonjour, très bon article sur la connaissance et la sensibilisation du petit ours encore très mal connu et en plus, quant on sait que la plus importante mortalité de ce mustélidés sont les collisions routières, surtout pendant cette période hivernale ou le soleil se couche encore très tôt et que la circulation est encore très fort sur les routes en ce mois de février.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Ludovic pour votre commentaire. C'est toujours agréable de recevoir des compliments surtout venant de vous qui connaissez si bien notre compère.
    N'avions nous pas échangé nos liens respectifs cela m'échappe complétement ...à suivre.
    Vous connaissez mon adresse ;-) bien cordialement à vous
    Jean-Paul

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Jean-Paul, de mon côté oui; d'ailleurs j'ai mis un lien direct sur votre site dans le sommaire au chapitre le blaireaulogue, ses amies et Cie. et bien sur la page qui apparaît c'est celle de l'article sur le blaireau. Bonne journée à vous. Ludo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ludovic c'est noté. Je viens de mettre votre site en lien dans RESSOURCES Bien cordialement à vous (j'avais dû zapper). Jipé

      Supprimer
  4. Super sympathique à vous Jipé merci beaucoup.
    Ludo

    RépondreSupprimer

Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul