Renardeau à l'école de la chasse. Article 043 2018.

Les renardeaux ont quitté le giron maternel depuis quelques semaines et se débrouillent fort bien.

crédit-photo-jean-paul-lahache
Sac photo en bandoulière, l’œil aux aguets, nous parcourons, en bicyclette, ce 7 juillet, les routes tranquilles de la Brenne. La douce lumière de cette fin de journée irradie les paysages traversés, le calme est pratiquement absolu. Il est 20 heures 45 les routes sont absolument désertes, c'est un réel plaisir de pédaler dans ces conditions. Seule ombre au tableau, une fois arrêtés nous sommes assaillis par des nuées de moustiques, la protection assurée par notre anti moustique est fort heureusement efficace (article à venir sur ces sales bestioles).
Les naturalistes le savent, cette période de l'après-moisson est propice pour observer et rencontrer en pleine action de jeunes renards. Les champs moissonnés où sont installés les rongeurs les plus divers (lorsque les rodenticides ne les déciment pas !) sont bouleversés. Les micromammifères désorganisés deviennent des proies faciles pour leurs prédateurs. Les renardeaux, sans doute initiés par les adultes au moment de la fenaison, savent que cette odeur de végétation coupée est synonyme de festin. Il n'est donc pas rare d'observer un ou plusieurs renards dans une même soirée sur les chaumes. Notre randonnée se poursuit avec le secret espoir de rencontrer  maître goupil.
Cette rencontre se produit alors que nous sommes à découvert. Avec d'infinies précautions, il faut coucher le vélo, équipé de lourdes sacoches, sur la route, heureusement déserte, extraire l'appareil photo, tout cela sans provoquer la fuite de notre sujet ! Le sujet en l’occurrence est un tout jeune renardeau occupé à chasser dans un pré bordant la route. Pendant une demi-heure, il nous offre un grand spectacle, dommage que les herbes hautes cachent en partie l'animal (Pourquoi a-t-il fallu qu'il choisisse ce pré plutôt que les champs moissonnés des alentours ?) L'arrivée d'un véhicule puis son arrêt à la hauteur de ma compagne de voyage provoque le départ de l'animal. Le conducteur, au sens civique fort développé, s’inquiète de nous voir seuls dans la campagne, sur une route déserte, vélos couchés sur le bas côté en apparente mauvaise posture. Rasséréné il reprend sa route.

Le reportage photographique de ces instants de bonheur.

crédit-photo-jean-paul-lahache
Un insecte attire l'attention de notre compère

crédit-photo-jean-paul-lahache
Ce n'est pas la première fois que j'observe un renard face au soleil qui

crédit-photo-jean-paul-lahache
semble prendre un réel plaisir. Les yeux fermés

crédit-photo-jean-paul-lahache
il semble savourer ces instants de quiétude

crédit-photo-jean-paul-lahache


crédit-photo-jean-paul-lahache


crédit-photo-jean-paul-lahache
Seules les oreilles dépassent de la végétation

crédit-photo-jean-paul-lahache
Un regard vers le photographe


crédit-photo-jean-paul-lahache
Repérage de la proie à l'ouïe

crédit-photo-jean-paul-lahache
Sauter puis retomber griffes sorties sur la proie qui ne s'attend pas à pareille prouesse

crédit-photo-jean-paul-lahache
La voiture s'arrête ... dommage

crédit-photo-jean-paul-lahache
La fuite ne tarde pas ...fin de la représentation !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul



Sélection du message

Le jardin des cervidés ou Comment les herbivores modifient leur environnement. Article 2018 075

Les cervidés modifient-ils l'environnement forestier.     Faut-il parler de "dégâts" forestier ?   Je n'abord...