Chevrette et faons du soir. Article 041 2018

La chevrette sort du bois en compagnie de ses deux faons, il est 21 heures 45.

Cette période (fin juin début juillet) est favorable à l'observation des jeunes du chevreuil. Les chevreuils ont cette particularité chez les cervidés de mettre bas très souvent deux jeunes dénommés faons.

Mise au point nécessaire au sujet des "bébés" animaux.

Oublions si vous le voulez bien l’anthropomorphisme qui consiste comme son nom ne l'indique pas à prêter des sentiments humains aux animaux. Combien de photographes, et même de naturalistes (amateurs) utilisent des termes inadéquats pour parler des jeunes animaux. La langue française est riche, très riche. Chaque jeune animal sauf exception porte un nom spécifique à son espèce [LIEN]. Jusqu'à preuve du contraire bébé, est réservé aux petits de l'Homme. Voyez cette mise au point que j'avais faite il y a déjà quelque temps [LIEN] et comme le dit l'article en question qu'ils arrêtent de nous bassiner avec leurs bébés !

Le rythme circadien des animaux.

Les naturalistes et les chasseurs-photographes l'observent de plus en plus, les animaux face aux multiples dérangements de nature anthropique restent méfiants et ne "sortent du bois" qu'à la faveur de la nuit !
Les observations deviennent de plus en plus difficiles, sauf à fréquenter des zones interdites au public, comme des bois privés ou dédiés à l'observation de la faune. Contrairement à l'idée que je m'étais forgée avant mon arrivée ici en Maine-et-Loire, les mammifères sont autrement plus méfiants ici (observation empirique) que dans cette bonne forêt de Fontainebleau, parcourue durant quarante années, où la pression touristique atteint tout de même des sommets !
C'est donc avec un réel plaisir d'assister à des scènes comme celles qui suivent.

Les photographies du reportage.

crédit-photo-jean-paul-lahache
Traversée du chemin de la chevrette et de ses deux faons

crédit-photo-jean-paul-lahache
Un faon distancé semble désemparé

crédit-photo-jean-paul-lahache
Chevrette confiante mais un tantinet méfiante

crédit-photo-jean-paul-lahache
On broute les petits suivent

crédit-photo-jean-paul-lahache
Si jeune et déjà si méfiant

crédit-photo-jean-paul-lahache
Coup d’œil
crédit-photo-jean-paul-lahache
Coup d’œil insistant

crédit-photo-jean-paul-lahache
Coup d’œil très insistant

crédit-photo-jean-paul-lahache
la vie continue

crédit-photo-jean-paul-lahache

crédit-photo-jean-paul-lahache
Quelque chose intrigue nos compères

crédit-photo-jean-paul-lahache

crédit-photo-jean-paul-lahache

crédit-photo-jean-paul-lahache

crédit-photo-jean-paul-lahache
fin de la représentation.




 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul



Sélection du message

Le jardin des cervidés ou Comment les herbivores modifient leur environnement. Article 2018 075

Les cervidés modifient-ils l'environnement forestier.     Faut-il parler de "dégâts" forestier ?   Je n'abord...