Le Castor d'Europe veut-il nous épater , 2017 062

Quelle est la fonction de la queue du castor d'Europe ?

Le Castor d'Europe est souvent confondu avec son proche parent le Ragondin (Myocastor coypus) appelé également Myocastor ou Castor des marais . Dès que l'observation rapprochée est possible, la méprise n'a plus lieu d'être. L'absence de grandes moustaches blanches, et la queue plate permettent de lever le doute. Effectivement le castor est le seul, avec l'ornithorynque dont la queue est entièrement velue, à posséder une queue plate.

A quoi peut-elle bien lui servir ?

La queue du castor :
- joue un rôle primordial dans la propulsion ;
- sert de gouvernail de profondeur, et de direction ;
- équilibre le corps lors de la marche ;
- fait office de contrepoids lors des déplacements effectués avec un fardeau dans la gueule ;
 - sert d'appui lorsque le castor se dresse sur ses pattes arrières ou s'assoit pour faire sa toilette ;
- est utilisée pour transmettre des signaux d'alerte (le bruit fait par la queue frappant violemment l'eau pourrait servir à repousser (?) les éventuels prédateurs et prévenir les congénères du danger.
- est utilisée pour récupérer les cæcotrophes ;
- sert de "réserve" de graisse.
Bon à savoir : Contrairement à l'idée trop répandue la queue ne joue aucun rôle dans la  régulation thermique de l'animal !

Photographié sur les bords de Loire, voici notre compère en pleine démonstration !

Il plonge, prélève des plantes aquatiques au fond du fleuve les consomme en surface tout en gardant la queue en l'air. 
Étrange comportement.









Légendes et récits concernant l'origine de la queue plate du castor.

La légende métisse des castors de Danielle Robineau fait ici la narration de la légende des castors, qui est une légende métisse transmise oralement au sein de sa nation. Cette histoire lui a été racontée lorsqu'elle était enfant et elle la raconte elle-même à ses propres enfants afin de la garder vivante. Lorsque le Grand Esprit en vint à créer les animaux de la forêt, ceux-ci étaient tous sans queue. Le Créateur pensa qu’il leur manquait quelque chose. Il leur confectionna alors des queues.
Il confectionna de toutes les sortes de queues pour tous les animaux et les oiseaux, longues, effilées, touffues, poilues, courtes, enfin, toutes les sortes de queues. Puis il convoqua tous les animaux et leur donna rendez-vous dans la grande clairière. Les animaux s'y rassemblèrent. Le Créateur leur dit qu’ils pouvaient choisir la queue qu’ils préféraient. Tous les animaux étaient heureux de ce magnifique cadeau. Les castors choisirent une belle queue longue et ornée d’une magnifique fourrure qui brillait au soleil. Les lièvres, qui comme d’habitude s’étaient amusés en chemin, arrivèrent les derniers et n’eurent d'autre choix que de prendre ce qui restait, soit une petite touffe de poils. Mais, ils étaient tout de même bien contents de ce cadeau. Quelques jours plus tard, il y eut un feu de forêt et la forêt s’est remplie de fumée. « Au feu, au feu! », se sont écriées les pies et les corneilles. Les animaux en panique s’étaient rassemblés dans la clairière. « Mais que pouvons-nous faire? Si le feu brûle tous les arbres, il ne restera plus d’abris, plus de nourriture. » Et les castors de dire : « Nous n'aurons plus de bois pour faire nos barrages! » Les castors dirent aux autres animaux de fuir et de sortir de la forêt. « On va s’occuper du feu. Mettez-vous tous à l’abri. » Les castors se sont mis à tremper leurs queues pleines de poils dans tous les trous d’eau qu’ils pouvaient trouver et battaient les flammes avec elles. Ainsi, ils effectuèrent de nombreux allers-retours pour mouiller leurs queues et battre les flammes. Leur combat contre le feu a duré plusieurs semaines. Et finalement, ils sont venus à bout d’éteindre la dernière étincelle. Pchhhhhh! " Hourra! Hourra! On a réussi! " Heureux de ce dénouement, ils partirent à la rencontre des autres animaux qui s’étaient rassemblés dans la grande clairière. Tous ont manifesté leur joie de les voir revenir. Mais soudain, leurs yeux s’ouvrirent tout grands et ils dirent aux castors : « Oh! Mais qu’est-ce qui est arrivé à vos queues? Vos belles queues sont tout aplaties, toutes brûlées… » Les castors regardèrent leurs queues et virent qu’elles n’avaient plus aucun poil et qu’elles étaient devenues tout aplaties, larges et dures comme si elles avaient des écailles. Le Créateur, qui avait entendu les animaux, dit aux castors : « Si vous le voulez, je vous ferai d’autres belles queues comme celles que vous aviez. Vous le méritez bien. Mais si vous gardez vos queues telles qu’elles sont, tous se souviendront, en vous voyant, du combat que vous avez mené contre le feu. Et de génération en génération, on racontera votre histoire. » Les castors se regardèrent et d’un commun accord décidèrent de garder leurs queues telles qu’elles étaient. Il valait mieux que l’histoire de leur courage soit racontée, plutôt que celle de leur vanité.


Autres récits :
- En Suède, on raconte encore de nos jours qu'un couple coopère pour transporter des branches. La femelle se couche sur le dos, saisit un fagot entre ses quatre pattes puis ouvre sa gueule. Le mâle glisse alors ses incisives derrière celles de sa compagne, puis recule, tractant sa partenaire ainsi que son fardeau.
- Pour Buffon, ses barrages et ses "maisonnettes sur pilotis plein" sont colmatés de terre " qu'ils gâchent avec leurs pieds et battent avec leur queue.
- Rondelet précise qu'il doit toujours garder sa queue dans l'eau sinon elle devient sèche et tombe.
(Pierre Cabard Le Castor d'Europe)

Cuisine.

Je ne peux terminer ce petit propos sans vous parler des queues de castor frites.
Ingrédients :
Portions: 20
1/2 tasse d’eau chaude (110°F/45°C) / 5 c. à thé de levure sèche active / une pincée de sucre / 1 tasse de lait chaud (110°F/45°C)/  1/3 tasse de sucre /  1 ½ c. à thé de sel / 1 c. à thé d’extrait de vanille / 3 œufs battus /  1/3 tasse d’huile végétale / 5 tasses de farine / 1 litre d’huile à frire / 2 tasses de sucre / 1/2 c. à thé de cannelle moulue, ou au goût
Étapes de préparation :
Dans un grand bol, combiner l’eau chaude, la levure et une pincée de sucre; laisser reposer 5 minutes. Ajouter le lait, 1/3 tasse de sucre, le sel, la vanille, les œufs et 1/3 tasse d’huile végétale; brasser pour dissoudre le sucre. Ajouter environ la moitié de la farine et mélanger en ajoutant assez de farine pour que la pâte soit raide. Transférer sur une surface légèrement farinée et pétrir environ 10 minutes, jusqu’à ce qu’elle soit élastique et souple. Façonner en une boule, mettre dans un bol huilé et laisser lever jusqu’au double de volume, environ 1 heure.
Percer la pâte à l’aide du poing. Pétrir quelques coups pour l’assouplir et diviser en boules de pâte de la grosseur d’un œuf. Abaisser chaque petite boule de pâte en un ovale de ¼ pouce d’épais.
Chauffer l’huile dans une friteuse à 375°F (190°C). Combiner 2 tasses de sucre avec la cannelle dans une assiette peu profonde; réserver.
Cuire les queues de castor une à la fois dans l’huile chaude, pendant 1-2 minutes. Égoutter sur du papier essuie-tout et rouler dans le sucre cannelé

Pas de source à proposer car tout le monde copie tout le monde...