Une journée en forêt de ... Article 056 2018.

Forêts de Maine-et-Loire.

Si les reptiles apprécient ces épisodes caniculaires prenant chaque année un peu plus d'ampleur, les autres animaux et la végétation par contre souffrent du manque de précipitations.
Les mois de juillet et d'août correspondent à des périodes habituellement calmes. La reproduction et l'élevage des jeunes sont terminés, tout le monde se fait discret et tente de se faire une place dans un monde moins pacifique que nous le pensons habituellement.
Les fortes chaleurs accentuent cet alanguissement, les oiseaux et les mammifères fonctionnent à l'économie. Inutile d'effectuer une sortie aux plus chaudes heures pour apercevoir un peu de vie animale. Il suffit de regarder dans les parcs à bestiaux et d'appliquer aux animaux sauvages le comportement adopté par les animaux domestiques, tout le monde se repose !
Les sorties photographiques fructueuses doivent s'effectuer "à la fraîche" ou en soirée.
Actuellement (28-août) les hardes de biches et de jeunes animaux sont déjà constituées, il ne manque que les grands cerfs qui, pour l'instant, fourbissent leurs armes.
Dans quelques semaines, arrive une période tant attendue par les observateurs de dame nature: le brame. 
Les forêts bien calmes, actuellement, vont se découvrir, tout à coup, une foule "d'admirateurs" plus zélés les uns que les autres. Les photographes dont je fais partie ne sont pas étrangers au grand bazar, pour ne pas employer un mot plus vulgaire, qui s'annonce, même si nous nous en défendons. Fermons là la parenthèse.
Il est 7 heures, une petite harde n'a pas encore regagné le couvert, juste le temps de poser le vélo, sortir l'appareil photo pour faire quelques clichés
Biches faons et jeunes cerfs composent cette petite harde

La repousse de l'herbe fauchée attire immanquablement les herbivores.
Quelques trop rares bancs de brume apparaissent furtivement sur les coupes à blanc-étoc.
Un peu plus loin une autre harde à déjà regagné le couvert forestier et cherche, semble-t-il, un endroit calme pour y passer la journée à ruminer.
La harde se déplace lentement sous les arbres pour gagner sa remise.
Une petite butte couverte d'ajoncs fait l'affaire. Les animaux s'installent là sous la conduite d'une meneuse à l'œil méfiant.
L’œil aux aguets la biche meneuse.

L'expérience de la meneuse, rien ne lui échappe.
Le temps s'écoule doucement lorsque brisant le silence arrive un véhicule forestier. Il n'en faut pas plus pour sonner le branle-bas. Les animaux quittent sans précipitation leur retraite. Dommage !
La meneuse sort du bois.


Méfiance en quittant la retraite.

La harde quitte calmement sa retraite.
Je passe le reste de la journée en affût au bord d'une petite mare à l'eau croupie, une des rares où il reste encore de l'eau. Seuls quelques Pigeons ramiers et un jeune Pic noir me rendent visite.
crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite
Pic noir juvénile au bain.

crédit-jean-paul-lahache-copie-interdite
Pic noir juvénile terminant sa toilette après le bain.

Les autres articles en rapport avec La Chasse Photographique sont [ICI]






 

2 commentaires:

  1. Un bien bel article pour une belle sortie photo. Entièrement d'accord pour le brame qui est consommé comme un spectacle. D'accord aussi pour notre responsabilité de photographe qui doit être dans les forêts sur-fréquentées de ne plus partager d'images de cette période.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nicolas merci pour votre commentaire, bon brame à Bleau bien cordialement

      Supprimer

Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul



Sélection du message