Voie Romaine Roule Bacon Vosges du Nord. Article N° 2017 070

Voie romaine de Raon-Lès-Leau ou voie romaine de la forêt de Roule Bacon.

Voie-romaine-de-roule-bacon

L'origine des voies de communication.

Carte établie par A Fournier circulant sur internet

Les voies antiques attribuées aux envahisseurs romains sont bien souvent antérieures à la conquête romaine de la Gaule.
Il est prouvé que de nombreuses voies de circulation existaient à une époque reculée.
Les Gaulois (terme générique) utilisaient la roue, construisaient et utilisaient des chemins aménagés.

L'histoire des voies antiques.


La voie romaine de Roule Bacon fait partie d'un grand ensemble de voies de circulation qui couvraient le territoire national à l'époque des Celtes, la carte ou table de Peutinger en fait mention.
Bon à savoir : cette carte date du XIII ième siècle, elle ne peut (doit) donc pas être considérée comme une archive romaine.

Wikpedia nous en dit plus sur la carte de Peutinger :

Le manuscrit est généralement daté du XIIIe siècle. Il serait l'œuvre d'un moine copiste anonyme de Colmar qui aurait reproduit vers 1265 un  document plus ancien. L'original pourrait être postérieur à 328, car il montre la ville de Constantinople, qui fut fondée cette année-là, alors que d'autres éléments (par
exemple dans la Pars IV – Levant de la Ligurie) sont peut-être antérieurs à -109, année de construction de la Via Aemilia Scaura, qui n'est pas indiquée sur la Table. Aucune route n'est indiquée non plus entre Pise et Luni, alors que figurent bien les Fossae Papirianae, marais situés près de l’actuelle Versilia, indiquées comme Fossis Papirianis (cf. Pars IV - Segmentum IV). Il est possible que la Table originale ait été composée en bloc à une certaine date et ensuite plus jamais mise à jour. Par exemple, nous pouvons observer l'emplacement de la ville de Pompéi, qui n'a pas été reconstruite après sa destruction par l’éruption du Vésuve, en 79. Et d'autre part, certaines villes de Germanie inférieure sont indiquées alors qu'elles ont été détruites et abandonnées depuis le Ve siècle.

Les signes de fréquentation des voies antiques.

Voie-romaine-de-roule-bacon

Concernant les marques laissées par les bandages métalliques des roues, certains auteurs n'hésitent pas à parler de rails de guidage. (!)
Rails qui auraient été creusés dans les pierres du revêtement afin de guider les chariots.
Le simple bon sens, et l'observation attentive des pierres permet de lever le doute ! Ce sont les passages répétés des chariots qui ont usé le grès et rien d'autre. 
Voie-romaine-de-roule-bacon
En supposant un instant que, non-content de poser de grosses pierres de parement, nos vaillants aménageurs creusent des rigoles destinées à guider les chariots, ils n'améliorent pas la circulation des chars, bien au contraire comme j'essaie de l'expliquer plus loin. Cette période de l'histoire  ne connaît pas encore les normes industrielles, la standardisation est inconnue.
Les chariots sont construits sans tenir compte d'un hypothétique cahier des charges. Les empattements des chariots sont aussi multiples que les fabricants de charrettes.
Il y a ces chemins toutes sortes de chariots aux écartements de roues les plus divers.
Admettons, tout de même, que des rails soient creusés, ils doivent avoir une profondeur de 2 ou 3 cm, voire plus, pour être efficaces.
Au fil des siècles, ces gorges sont surcreusées et doivent présenter une profondeur bien supérieure à ce que nous observons aujourd'hui ! Côté pratique, imaginons un instant les manœuvres nécessaires pour sortir les roues des "rails" de guidage de deux charriots voulant se croiser. En retenant cette curieuse hypothèse, il est facile de conclure que les marches en pierres des escaliers antiques présentant des marches usées en leur milieu ont été rabotés pour faciliter la progression des vieillards !
Bon à savoir : les routes ou voies, qualifiées de "romaines", ne possèdent pas toutes le même revêtement. La partie que nous pouvons admirer aujourd'hui (revêtue d'imposantes pierres de grès) à Roule Bacon traverse une zone tourbeuse voire marécageuse ce qui peut expliquer l'utilisation de grès des Vosges.
A retenir que : Les constructeurs des voies romaines savent s'adapter aux milieux traversés par leurs ouvrages. Ce qui explique qu'il n'y ait pas un modèle de voie mais de nombreuses variations. Un lien intéressant à consulter sur le sujet.


La voie antique de Roule-Bacon située à Raon-Lès-Leau. 

Voie-romaine-de-roule-bacon

forêt-épicéas-Voie-romaine-de-roule-bacon

Voie-romaine-de-roule-bacon

Voie-romaine-de-roule-bacon

Voie-romaine-de-roule-bacon

Voie-romaine-de-roule-bacon

Voie-romaine-de-roule-bacon
Pour vous y rendre vous devez emprunter des routes ou des chemins carrossables traversant de profondes forêts d'épicéas.

Perdus au milieu de nulle part ces vestiges méritent un détour.

Voie-romaine-de-roule-bacon

Comment se rendre à la Voie-romaine de Roule-Bacon CLIQUEZ ICI




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul



Sélection du message

Le jardin des cervidés ou Comment les herbivores modifient leur environnement. Article 2018 075

Les cervidés modifient-ils l'environnement forestier.     Faut-il parler de "dégâts" forestier ?   Je n'abord...