En avoir ou pas ? 2013 081

L'odorat reste chez les mammifères une fonction primordiale. 



Ce petit film réalisé avec une caméra infrarouge en forêt de Fontainebleau, nous en apporte la preuve.

Cliquez sur la photo pour accéder au film. 

Observez bien le comportement de la laie meneuse et des autres animaux. Arrivée au niveau de la caméra, elle détecte, sans l'avoir identifiée comme dangereuse, un odeur suspecte.
Elle donne de la voix, à partir de ce moment les jeunes se "rangent" bien disciplinés dans son alignement et personne ne bouge plus...attendant les "ordres".
Puis ayant identifié avec certitude, cette odeur (la mienne) comme dangereuse pour la petit troupe, elle donne le signal de la fuite organisée. Autrement dit de la retraite !

Super instructif, non ?
 







4 commentaires:

  1. Une vidéo très intéressante au niveau comportemental. On y voit bien le rôle de la laie dominante qui détecte, alerte le groupe et déclenche la fuite. On sait d'expérience que l'odorat du sanglier est assez performant et compense les déficiences de sa vue qui n'est pas fameuse.
    Quant à savoir ce qui produit cette réaction, il faudrait déterminer l'indice de persistance des traces olfactives, ce qui n'est pas une mince affaire dans un milieu forestier tant les paramètres à prendre en considération sont nombreux.
    Pour ma part, j'ai déjà observé qu'un passage en coulée pouvait perturber la faune pendant plus de 24 heures. En l'espèce toute la faune était perturbée, cervidés inclus.
    Au contraire dans cette vidéo les cervidés passent sans problème peu après les sangliers, ce qui m'incite à penser qu'il y a peut-être eu un coup de vent dans l'intervalle ou que l'humidité apportée par la nuit a "nettoyé" l'odeur humaine.
    Un autre aspect comportementale intéressant dans cette vidéo est celui de l'instinct des marcassins qui savent dès le plus jeune âge (ici à peine un mois - à confirmer cher JP) interpréter parfaitement les signaux émis par la laie.
    Un morceau de la vie des suidés comme on les aime, merci JP !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nicolas pour cette analyse
      Concernant les coulées, effectivement certains auteurs conseillent de ne jamais emprunter de coulées au risque de perturber gravement la faune, mais ces assertions ne sont jamais
      corroborées par des études sérieuses et fiables.
      En tout cas ici et seulement ici à Fontainebleau les animaux ne craignent pas les odeurs humaines ! Si non ils ne pourraient plus fréquenter le moindre espace de la forêt.
      ce que je peux dire et ce film le confirme c'est qu'ils (les animaux) sont capables de définir un seuil acceptable. Autrement dit si l'intensité de l'odeur est trop prégnante ils fuient, une odeur atténuée reste pour eux acceptable. Bien entendu il faudrait approfondir cette étude ! Bien à vous

      Supprimer
  2. très intéressant votre lien par ailleurs !

    RépondreSupprimer

Bonjour,
Pour publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
- Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
- Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
- Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération.
Merci.
Cordiales salutations.
Jean-Paul



Sélection du message

Le jardin des cervidés ou Comment les herbivores modifient leur environnement. Article 2018 075

Les cervidés modifient-ils l'environnement forestier.     Faut-il parler de "dégâts" forestier ?   Je n'abord...